Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au deuxième menu | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

SABA - Syndicat d'Aménagement du Bassin de l'Arc

Menu principal

Accueil  >  Le bassin versant de l’Arc > Qualité de l’eau  > Qualité des eaux superficielles

Qualité des eaux superficielles

 
L’occupation humaine importante sur le bassin de l’Arc se traduit par une pression de pollution conséquente pour les milieux aquatiques. Les efforts entrepris pour réduire cette pollution ont permis une nette amélioration de la qualité de l’eau.

Notre activité quotidienne et notre usage de l’eau génèrent une pollution. On parle d’eaux usées qui nécessitent d’être épurées par des stations suffisamment dimensionnées et conformes aux normes.

En 2001, le SAGE insistait sur la mise en conformité des stations d’épuration du bassin et imposait des exigences supplémentaires en matière de traitement tertiaire (nitrates et phosphates). Ces efforts ont clairement permis de réduire les concentrations en matière en suspension, matière organique, nitrate et phosphate dans l’Arc (sur la base du suivi de la qualité de l’eau effectué par l’Agence de l’Eau).

Le SABA, depuis 2009, a mis en place un suivi régulier et longitudinal de la qualité de l’eau de l’Arc et de ses deux principaux affluents : La Luynes et la Jouïne.

Ce suivi a mis en évidence plusieurs points :
- la qualité biologique de l’eau est moyenne sur l’Arc, la Luynes et le Grand Vallat aval, mauvaise sur la Petite Jouïne et bonne sur le Grand Vallat Amont.

- La qualité physico-chimique de l’eau est globalement bonne en hiver (à l’exception de la Petite Jouïne de qualité mauvaise) mais se dégrade en été du fait des étiages sévères.

Des études complémentaires sur le bassin ont révélé les éléments suivants :
- les eaux de l’Arc sont soumises à une pollution diffuse aux pesticides : il a été échantillonné jusqu’à 17 molécules différentes à l’embouchure, dans l’Arc, à Berre l’Etang. Les herbicides et leurs dérivés dominent ces échantillons. On retrouve également deux fongicides.

- La Luynes présente des concentrations élevées en PCB (polychlorobiphényles, toxiques et cancérigènes). Les PCB s’accumulent dans la chair des poissons et de ce fait, leur consommation a été interdite.

- La Petite Jouïne, qui jouxte la ZI des Milles, est polluée aux métaux lourds.

Quatre cours d’eau, tributaires des infiltrations et surplus hydriques des réservoirs d’eau du territoire, présentent une qualité biologique et physico-chimique potentiellement bonne (peu de données disponibles) : La Cause, Le Bayon, le Grand Vallat de Cabriès amont et le Grand Torrent.

La Petite Jouïne, très polluée, est le « point noir » de notre bassin versant.

L’Arc et ses affluents possèdent de véritables potentialités écologiques qu’il convient de redévelopper. L’amélioration de certains paramètres, grâce aux efforts consentis, montre que la pollution des eaux n’est pas une fatalité ! Si nous poursuivons nos efforts, collectivités, industriels, agriculteurs et citoyens, les vallats et l’Arc retrouveront sans nul doute un bon état écologique.

Les documents attachés

Bilan et suivi de la qualité 2009

Document PDF - 4.3 Mo - Publié le 9 novembre 2010

Fiches synthétiques Rapport FREDON (extraction p 31-32-33)

Document PDF - 263.7 ko - Publié le 9 novembre 2010

Qualité biologique de l’Arc en 2009

Document PDF - 792.9 ko - Publié le 9 novembre 2010
Retour à la page précédente

Liens divers