Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au deuxième menu | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

SABA - Syndicat d'Aménagement du Bassin de l'Arc

Menu principal

L’Arc

 
L’usage de l’eau le long de l’Arc existe depuis longtemps, en témoignent les nombreux seuils (petits barrages transversaux destinés à dériver une partie des eaux).
Canal de la Fare-les-Oliviers près du seuil - Copyright SABA
Canal de la Fare-les-Oliviers près du seuil - Copyright SABA

Aujourd’hui, seuls deux seuils sont toujours utilisés pour prélever de l’eau dans l’Arc et irriguer par gravité des terres agricoles. Il s’agit des seuils de Moulin du Pont à Velaux et de Gordes à La Fare-les-Oliviers.

En Provence, l’étiage (période de plus basses eaux) est estival et parfois long. Hors, il se juxtapose avec les besoins en irrigation pour l’agriculture. Il y a donc bien une problématique qu’il faut gérer entre d’une part, le milieu naturel et d’autre part les prélèvements agricoles.

Seuil maçonné de Moulin du Pont à Velaux. Copyright SABA
Seuil maçonné de Moulin du Pont à Velaux. Copyright SABA

Sur l’Arc, le volume annuel des prélèvements agricoles sur ces deux seuils est estimé à 7,4 millions de m3 pour l’agriculture et 2,7 millions de m3 pour le complexe chimique de Berre. Le tout pour un débit de l’Arc estimé à l’embouchure à 54 millions de m3/an.

Les prélèvements représentent 19 % du débit annuel. Mais à combien s’élève ce pourcentage à l’étiage lorsque se juxtaposent les besoins en eau pour l’agriculture et ceux pour le milieu naturel ? On comprend l’intérêt de connaître les débits en jeu et de poursuivre les efforts entrepris en matière de réduction des prélèvements sur l’Arc.

Liens divers