Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au deuxième menu | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

SABA - Syndicat d'Aménagement du Bassin de l'Arc

Menu principal

Des risques aggravés

 
Les inondations sont des phénomènes naturels. Cependant, le risque inondation peut être aggravé par les activités humaines : urbanisation en zones inondables, imperméabilisation des sols et mauvaises pratiques de protection.
Des villas construites dans le lit majeur du Grand Vallat de Cabriès, crue de 2008 - Copyright SABA
Des villas construites dans le lit majeur du Grand Vallat de Cabriès, crue de 2008 - Copyright SABA

L’implantation humaine, jusque sur les berges des cours d’eau, a directement positionné les personnes et leurs biens en situation à risque. Sur le bassin de l’Arc, les zones inondables colonisées par les activités humaines sont nombreuses : ZI de Rousset/Peynier, Lotissements à Bouc-Bel-Air, Cabriès, ZI et aérodrome des Milles, quartiers de Luynes et de Pont de l’Arc à Aix-en-Provence, quartier de La Barque à Fuveau, quartier de Mauran à Berre l’Etang… etc.. Les exemples sont nombreux.

De plus, l’imperméabilisation des sols (lotissements, parkings, zones d’activités, routes…) empêche l’infiltration de l’eau de pluie et augmente les ruissellements. Lors des épisodes pluvieux, le cours d’eau reçoit donc des apports hydriques supplémentaires, ce qui a pour conséquence directe un accroissement des débits de crue. En somme, plus les sols sont imperméabilisés, plus les crues seront marquées !

Enfin, les travaux d’endiguement, de recalibrage, et de remblaiement ont limité les possibilités d’expansion des crues, favorables au ralentissement de l’eau.

En conséquence, le développement des activités humaines :
- s’est directement positionné dans des zones soumises au risque d’inondation
- a fortement contribué à accroitre ce risque en imperméabilisant les sols.

Le SAGE du Bassin de l’Arc se positionne comme un outil ambitieux de gestion de ce risque.

Liens divers